Dernière mise à jour de l’article : 25/11/2020

J’ai le plaisir de recevoir aujourd’hui Jonathan Thuillier, fondateur de Mon Stylo Français, qui va nous parler de stylos Made in France. Pas seulement car nous allons aussi évoquer l’artisanat et ses acteurs, le travail de matières nobles comme le bois, etc. Interview

« Je voyais à l’époque [les stylos] comme des instruments de torture et non d’écriture »

Jonathan Thuillier, Fondateur de Mon Stylo Français
Jonathan Thuillier, Fondateur de Mon Stylo Français

Bonjour Jonathan, je te reçois pour discuter de la marque Mon Stylo Français, de Made in France, de stylos, d’artisanat et de bois. Peux-tu commencer par te présenter personnellement ?

Bonjour Sébastien et bonjour à tous ! Je m’appelle Jonathan Thuillier, je suis le fondateur de Mon Stylo Français et je suis originaire de la région Rouennaise, en Normandie. J’ai un parcours assez atypique puisque j’ai décidé dès la fin de ma 3ème de quitter les stylos de l’école que je voyais à l’époque comme des instruments de torture et non d’écriture, pour rejoindre le monde du travail.

Je me suis essayé à quelques jobs manuels et formateurs avant d’être victime d’un accident de moto qui a tout remis en question. Après une longue période de convalescence je me suis lancé dans la vente ou j’ai fini par atterrir dans l’univers le plus éloigné de ce qui m’était destiné au départ : la papeterie. C’est donc en tant que vendeur en papeterie au Virgin Megastore de Rouen que j’ai vraiment appris à aimer les stylos.

Je me suis spécialisé dans ce domaine au fil du temps avec la gestion des SAV et grâce au suivi de formations avec de grandes marques du secteur comme St Dupont, Waterman, Parker ou encore Cross. Malheureusement Virgin a fini par couler, faute d’une bonne gestion de la chaine. J’ai choisi de partir avant que le bateau ne coule complètement parce que les conditions étaient vraiment déplorables.

Je me suis ensuite essayé au job de commercial qui n’était pas vraiment fait pour moi, puis je me suis intéressé à la communication avant de me former au e-commerce. Parallèlement à cette envie d’entreprendre je suis tombé un jour sur des stylos artisanaux… Mon puzzle professionnel était enfin constitué.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette marque, peux-tu nous parler de Mon Stylo Français s’il te plaît. De l’entreprise, du concept, nous reviendrons sur les produits en eux-même juste après.

Mon Stylo Français a pour but de mettre en avant le travail d’artisans spécialisés dans la fabrication de stylos. Nous fonctionnons en « dropshipping », c’est à dire que nous n’avons pas de stock dans les locaux de Mon Stylo Français. Lorsque qu’une commande est faite sur notre site, on la transmet à l’artisan concerné et c’est lui-même qui envoie le stylo au client. J’ai choisi cette méthode très utilisée aux USA parce que je n’avais pas beaucoup d’argent en poche pour ce projet. Je ne pouvais pas me constituer de stock, c’était donc d’abord un choix économique. Mais au-delà de l’aspect économique, c’est quand même bien plus sympa !

Lorsqu’un client achète un stylo artisanal, il préfère que son stylo lui soit envoyé par l’artisan lui-même que par un illustre inconnu. Là, le stylo vient tout juste d’être fabriqué. J’aime beaucoup l’idée de garder cet esprit-là, ce côté « proximité » même si de fait en achetant sur Internet, on perd le lien avec l’artisan, le contact humain. On essaye au maximum de rester dans cet esprit et de garder une certaine proximité entre le client et l’artisan. Mon Stylo Français est donc avant tout une vitrine, leur vitrine.

« Les artisans ont vraiment de quoi se faire plaisir avec ce que la nature nous offre »

Collection Capello de Mon stylo français
Collection Made in France « Capello » de Mon stylo français

Et donc, peux-tu nous détailler un petit plus les produits que tu proposes. Les stylos sont fabriqués principalement en bois, c’est bien ça ?

Les artisans travaillent les 4 types d’écritures les plus répandus sur le marché, à savoir les stylos à bille, les stylos roller, les stylos plumes et les porte-mines qui se décline en 0,7mm et 2mm. Pour le moment en effet nous n’avons que des stylos en bois, ce qui offre déjà un énorme choix. Les artisans ont vraiment de quoi se faire plaisir avec ce que la nature nous offre !

Très prochainement nous auront également des stylos en résine. Là encore, c’est une histoire sans fin, il n’y a presque pas de limite côté créativité. Par la suite d’autres matières viendront s’ajouter suivant l’envie des artisans… Je n’en dirais pas plus, chaque chose en son temps.

Quels sont les autres matériaux constituant vos stylos ? Arrivez-vous à faire du 100% Made in France ou n’avez-vous pas le choix sur quelques pièces ?

Les autres éléments constituant nos stylos sont les mécanismes et les cartouches d’encre, comme sur n’importe quel autre instrument d’écriture. Malheureusement à l’heure actuelle il n’est pas possible de faire des stylos 100% Made in France. C’est l’un de mes rêves !

J’espère qu’un jour Mon Stylo Français pourra permettre aux artisans qui le souhaitent de pouvoir faire des stylos 100% fabriqués en France, mais nous n’en sommes pas encore là. Il y a beaucoup d’étapes à franchir avant, même si en effet c’est un objectif et qu’on en parle souvent avec les artisans. C’est une idée qui mûrit tranquillement entre nous pour le jour où on sera prêts.

Après il ne faut pas trop rêver non plus. La plupart des grandes marques ne font pas leurs propres plumes par exemple, c’est un travail qu’ils sous-traitent. On a bien conscience que ce sera compliqué de s’aventurer sur ce terrain-là. Nous ferons au mieux !

Le Made in France et l’artisanat sont donc des concepts forts pour toi. Restons une minute sur la fabrication française, comment est-elle devenue importante à tes yeux ?

Ah oui très très fort. L’artisanat m’a toujours fasciné, d’aussi loin que je me souvienne. Faire des choses de ses propres mains est quelque chose qui me parle au plus haut point, tout corps de métiers confondus d’ailleurs.

Pour le Made in France c’est différent, c’est assez récent, mais c’est également très présent dans mon esprit aujourd’hui. C’est même devenu un combat. Je fais parti d’une génération qui baigne dans le Made in China, il n’y a quasiment plus que ça aujourd’hui. C’est dément vu le savoir-faire dans notre pays. Je crois que mon virage pour le Made in France s’est surtout fait dans le temps à partir de tout un tas de constats : Ne pas voir de « Made in France » chez moi par exemple, convaincu qu’avec un petit salaire je ne pouvais que consommer autrement.

Acheter sur des sites comme Ebay, Cdiscount, Amazon et voir que ce ne sont quasiment que des revendeurs de produits Chinois, parfois même de la contrefaçon… J’ai aussi passé quelques jours de vacances à New York en 2015, le centre du monde économique et capitaliste… Et là j’ai pris une claque en voyant que dans les boutiques souvenirs il n’y avait que des objets floqués du drapeau Américain mais fabriqués… en Chine. C’est souvent les Américains qui nous montrent le chemin que nous allons prendre, mais celui-là, je n’en veux pas, même si on a déjà bien suivi le mouvement.

Et puis je suis Français et fier de l’être. On a tout ce qu’il faut ici en France pour faire ou refaire de belles choses. Nous avons trop détricoté les emplois de notre pays, il faut faire machine arrière et recréer de l’emploi, recréer un pouvoir d’achat. Reprendre notre leadership du « bien fait » grâce à notre savoir-faire qui est pourtant connu et reconnu à travers le monde.

Je suis avant tout un consommateur. Mais qu’ai-je fais pour éviter que telle ou telle entreprise Française ne se délocalise ou finisse par couler ? Si je n’achète pas chez elle parce qu’elle est trop chère… Je me tire une balle dans le pied au final. Mais il me semble que l’on va plus ou moins tous vers le bon sens, c’est un peu comme l’écologie. On se rend compte petit à petit qu’on a fait de grosses bêtises en poussant à l’extrême notre mode de consommation… Il y a une prise de conscience générale et je m’inclus là-dedans. Acheter moins, acheter mieux.

La clé, c’est nous les consommateurs qui l’avons, peu importe nos revenus. On peut tous participer à ça à l’échelle de notre portefeuille.

« il y a vraiment la démarche du vouloir acheter Français »

Plume en loupe de peuplier noir
Plume en loupe de peuplier noir

Peux-tu nous en dire un petit peu plus maintenant sur les artisans avec lesquels tu travailles ?

Pas vraiment non, ils sont plutôt timides et discrets et préfèrent qu’on ne s’étendent pas trop sur eux. J’ai beau leur dire que les stars ce sont eux ainsi que leurs créations, rien n’y fait, alors on va leur laisser cette part de mystère et je vais garder tout ça pour moi.

Le jour où un artisan mégalomane nous rejoindra, je reviens vers toi, promis, mais il se pourrait que tu attendes longtemps car je n’en ai pas encore croisé !

Que te rapportent-ils de l’artisanat en France de manière générale. Sont-ils en difficulté ? Profitent-ils du regain pour le Made in France de ces derniers mois ?

C’est difficile de répondre à cette question parce que chacun d’entre eux travaille différemment et cela dépend de tout un tas de facteurs. Par exemple, le premier artisan avec qui j’ai commencé à travailler et avec qui j’ai beaucoup discuté pour m’aider à adapter Mon Stylo Français aux artisans a arrêté cette activité parce qu’il n’arrivait tout simplement pas à en vivre…

A l’inverse, l’un des artisans actuellement présent sur Mon Stylo Français ne vit que de la vente de stylos. Mais attention, il faut avoir le cœur bien accroché parce qu’il enchaîne les salons à plusieurs centaines de kilomètres de chez lui, en France comme à l’étranger. Là je prends deux extrêmes mais entre deux il y a tout un tas de cas particuliers avec plus ou moins de réussite.

Globalement, on va dire qu’il n’est franchement pas facile d’en vivre, ce qui donne un combat supplémentaire pour Mon Stylo Français : permettre à des artisans peu visibles ou qui n’ont pas forcément la fibre commerciale de vendre facilement leurs créations. Concernant le regain du Made in France, non, malheureusement à leur échelle il ne le ressentent pas. La clientèle de Mon Stylo Français n’est cependant pas la même. Les artisans ont souvent à faire à des clients qui peuvent se laisser tenter lors d’un marché, un salon ou une visite d’atelier au détour d’une promenade. Alors qu’avec Mon Stylo Français, beaucoup de clients nous parlent de made in France, il y a vraiment la démarche du vouloir acheter Français.

Quels sont les objectifs de Mon Stylo Français à court et moyen terme ?

Il y en a tellement ! Mais c’est beaucoup sur du long terme. On souhaite grandir doucement pour adapter nos ventes aux artisans qui ne sont pas des machines et tout cela est très long à mettre en place entre la venue de nouveaux artisans et la mise en place de nouvelles collections.

A court terme, je dirais continuer à faire de beaux partenariats pour porter toujours plus haut le savoir-faire de ces artisans-là. On travaille déjà avec Yaka Français qui est une marketplace spécialisée dans le Made in France, La carte Française, la première carte cadeau dédiée aux produits fabriqués en France, et aussi Wedoogift, le chèque cadeau dématérialisé avec qui on vient de s’engager. Si on peut continuer à travailler avec d’autres entreprises Françaises, ou s’ouvrir un peu plus aux CE, ce serait pas mal pour mes artisans.

Et à moyen terme l’objectif sera probablement de vendre nos stylos en boutique. On a de plus en plus de demandes sur ce sujet. Si on peut le faire, là encore, on le fera.

« tous ensemble, achetons Made in France »

Mon stylo français sur Prends en Soin
Mon stylo français

Y’a-t-il un sujet que nous n’avons pas abordé dont tu aimerais parler ?

Plein ! Mais on va rester sur l’essentiel sans faire du hors sujet : tous ensemble, achetons Made in France ! Recréons tous ensemble nos emplois en faisant l’effort, chacun à notre niveau, de participer à notre réindustrialisation. Ce ne sont pas les autres pays qui financent notre service public, notre chômage, nos retraites, notre sécu etc… C’est nous-même.

Si on réapprend tous ensemble à consommer plus local et plus écolo si possible, elle devrait bien se finir cette histoire-là…

Nous sommes à la fin de l’interview, je te remercie pour le temps que tu as consacré à la communauté de Prends en Soin. As-tu pour conclure un conseil, une maxime, une citation ou un livre qui t’accompagne dans ton quotidien et que tu aimerais partager à la communauté ?

Incontestablement : Qui ne tente rien n’a rien ! …Tentez, tentez, tentez !

Merci à toi Sébastien pour cette interview et pour ce que tu fais pour le Made in France, c’est quelque chose qui compte. Et merci aux lecteurs d’avoir lu jusqu’ici d’une part mais aussi d’être sensibles à cette cause du Made in France.

 

Pour visiter le site internet de Mon stylo français, les stylos artisanaux fabriqués en France : https://www.monstylofrancais.com

Mettez 5 étoiles à ce contenu s'il vous a plu !
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Pin It on Pinterest

Share This