L’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur, car il est confiné et les polluants ont donc moins de place pour se disperser. Les polluants peuvent provenir de nombreuses sources, notamment les appareils ménagers, les produits d’entretien, les matériaux de construction et les meubles.

L'air intérieur est souvent plus pollué que l'air extérieur, car il est confiné et les polluants ont donc moins de place pour se disperser. D'où viennent-ils ?

Quelles sont les principales causes de la pollution de l’air intérieur ?

Les origines de la dégradation de l’air intérieur sont multiples. Parmi elles, on retrouve les facteurs naturels, comme les aérosols, les bactéries et les moisissures, ou les facteurs anthropiques, comme les cigarettes, les appareils de chauffage et les produits de nettoyage.

Les facteurs naturels

Les facteurs naturels de la pollution de l’air intérieur sont nombreux et entraînent bien souvent la survenue d’infections respiratoires. Parmi eux, on retrouve :

  • Les aérosols : Ils sont le plus souvent suspendus dans l’air et contiennent des particules nocives tels que le pollen, la poussière et du gaz. Ces derniers ont la fâcheuse tendance à pénétrer dans nos poumons et provoquer la survenue de difficultés respiratoires ;
  • Les bactéries et les moisissures : elles se développent dans les endroits humides (comme la cuisine et la salle de bain) et se propagent en libérant des spores dans l’air ;
  • Les cigarettes : elles contiennent des substances chimiques nocives (comme le monoxyde de carbone, le benzène et le formaldéhyde) et sont l’une des principales causes du cancer du poumon.

Les facteurs anthropiques

La pollution de l’air intérieur n’est pas seulement naturelle, elle est également créée par l’activité humaine. Les sources anthropiques de la pollution de l’air intérieur comprennent :

  • Les appareils de chauffage : ils émettent des particules nocives, comme le monoxyde de carbone, le benzène et le formaldéhyde ;
  • Les produits chimiques domestiques : ils sont composés de substances chimiques nocives, tels que le chlore, l’ammoniac et le trichloroéthane. Ces produits sont multiples et parmi eux on retrouve les détergents, les désodorisants, les produits d’entretien ménager, les produits d’hygiène personnelle et les cosmétiques ;
  • Le trafic routier : les gaz d’échappement des véhicules sont une source importante de pollution de l’air intérieur. Ils rejettent de l’oxyde d’azote, des particules fines et de nombreux composés organiques volatils ;
  • Les matériaux de construction, les meubles, les appareils électriques et les produits en plastique : les produits chimiques contenus dans la peinture, la colle et les vernis les composants, émettent dans l’air des composés organiques volatils (COV) lorsqu’ils se dégradent au fil du temps.

La pollution de l’air intérieur est-elle nocive pour la santé ?

La pollution de l’air intérieur est nocive pour la santé humaine. Le danger se situe dans les particules fines et les gaz toxiques présents dans nos maisons. Ces derniers peuvent pénétrer en profondeur dans les poumons et engendrer la survenue d’irritations, d’allergies, voir même des maladies respiratoires.

Respirer mieux chez soi est un véritable enjeu de santé, car cette pollution de l’air domestique est le plus souvent causée par les appareils de chauffage, les climatiseurs, la fumée de cigarette, les produits d’entretien et les matériaux de construction. Il est donc primordial de ventiler régulièrement les pièces et de nettoyer les surfaces pour réduire la pollution de l’air intérieure.

Cet article peut vous intéresser : Entretien d’un calathea orbifolia : Les meilleurs conseils !

Une mauvaise ventilation peut-elle influer sur la qualité de l’air ?

Si l’air ne circule pas suffisamment dans une pièce, les particules nocives peuvent s’y accumuler et contribuer à la pollution de l’air. Une mauvaise circulation de l’air est bien souvent à l’origine de la pollution de l’air dans nos maisons et appartements. Ainsi, si les fenêtres ne sont pas ouvertes régulièrement, l’atmosphère peut vite devenir viciée et contenir des particules nocives.

Cette pollution engendre alors des difficultés respiratoires, des maux de tête et de la fatigue. Il est donc important de veiller à ce que l’air de la maison soit aéré quotidiennement. Cependant, le simple geste d’ouvrir les fenêtres ne suffit pas. Il faut également veiller à réduire les sources de contamination en ayant recours à des produits d’entretien sans particules chimiques nocives.

Comment limiter la pollution de l’air dans votre maison ? – Le Magazine de la Santé

Pin It on Pinterest