Avez-vous déjà eu l’impression que vous n’étiez pas assez bon pour faire le travail pour lequel vous aviez été engagé ? Que votre patron pourrait s’en apercevoir à tout moment ? Ou peut-être encore, avez-vous eu l’impression de faire semblant d’être à la hauteur face aux attentes de votre partenaire ?

La majorité d’entre nous ont éprouvé des sentiments de doute à un moment donné de leur vie. Cela, peu importe le nombre de preuves de succès dans nos emplois et nos relations. Malheureusement, beaucoup d’entre nous ont de fausses croyances selon lesquelles nous ne sommes pas aussi capables ou intelligents que les autres le pensent.

Ce sentiment est connu sous le nom du syndrome de l’imposteur, ou ce que les psychologues appellent parfois le phénomène de l’imposteur. Vous souffrez probablement du syndrome de l’imposteur lorsque vos succès sont le résultat de vos propres connaissances et de votre travail acharné, mais que vous vous sentez toujours incapable. Il ne s’agit pas d’un problème médical, mais d’un schéma de pensée qui peut conduire au doute de soi, à un discours intérieur négatif et à des opportunités manquées.

Pour contrer ce sentiment d’imposture, vous pourriez finir par travailler plus dur et vous tenir à des normes toujours plus élevées. Cette pression que vous vous mettez peut éventuellement nuire à votre bien-être émotionnel et à vos performances. Heureusement, si vous sentez que vous souffrez du syndrome de l’imposteur, sachez qu’il existe des moyens d’atténuer ce sentiment d’une manière saine et proactive.

Vous souffrez du syndrome de l’imposteur lorsque vos succès sont le résultat de vos connaissances et de votre travail, mais que vous vous sentez incapable.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur représente un conflit entre la propre perception de vous-même et la façon dont les autres vous perçoivent. Vous avez cette peur que les gens autour de vous comprennent que vous ne savez pas de quoi vous parlez et vous exposent comme étant incompétent. Alors même que d’autres louent vos talents, vous attribuez vos succès aux autres et à la chance.

Vivant dans la peur constante d’être découvert, vous visez la perfection dans tout ce que vous faites. Vous vous mettez la pression pour travailler plus dur afin de :

  • Empêcher les autres de découvrir vos lacunes ou vos échecs
  • Devenir digne des rôles que vous pensez ne pas mériter
  • Compenser ce que vous considérez comme votre manque de compétence et d’intelligence
  • Apaiser votre sentiment de culpabilité lié à l’idée de « tromper » les autres

 Cela peut facilement se transformer en un cycle aux conséquences très négatives. Mais le reconnaître et avoir les outils pour le gérer peut vous empêcher de vous « tirer une balle dans le pied ».

Certains experts pensent que le syndrome de l’imposteur a à voir avec des traits de personnalité, comme l’anxiété ou le névrosisme. D’autres par contre, favorisent plus des causes familiales ou comportementales. C’est ici que l’experte du syndrome de l’imposteur Valérie Young, a remarqué cinq modèles communs chez les personnes éprouvant des sentiments d’imposture :

Le perfectionniste

Il se concentre principalement sur la façon dont il fait les choses, souvent au point d’exiger sa propre perfection dans tous les aspects de sa vie. Il ne peut répondre à cette norme puisque la perfection n’est pas toujours un objectif réaliste. Le perfectionniste évite d’essayer de nouvelles choses s’il s’imagine qu’il ne peut pas y arriver correctement dès la première tentative.

Le génie

Il pense avoir passé sa vie à acquérir de nouvelles compétences avec peu d’effort et est à présent convaincu qu’il devrait comprendre instantanément de nouveaux sujets et processus. Si quelque chose ne lui vient pas facilement ou s’il échoue lors de son premier essai, il pourrait se sentir honteux et embarrassé.

Le solitaire

Il pense qu’il devrait être capable de tout gérer seul. Il se considère incapable s’il ne peut pas réussir de manière indépendante. Pour le solitaire, demander de l’aide à quelqu’un ou accepter de l’aide lorsqu’elle est offerte signifie admettre son incompétence et se montrer comme un incapable.

L’expert

Avant de pouvoir considérer son travail comme une réussite, il veut apprendre tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet. Étant donné qu’il croit devoir avoir toutes les réponses, il pourrait se considérer comme un imposteur lorsqu’il ne peut pas répondre à une question.

Le superhéros

Il lie sa compétence à sa capacité à réussir dans tous les rôles de sa vie : mari, ami, employé ou parent. Pour réussir, il pousse ses limites, dépensant autant d’énergie que possible dans chaque rôle. Pourtant, même cet effort ne peut résoudre son sentiment d’imposture.

Cet article peut vous intéresser : Comment savoir si on est Haut Potentiel Émotionnel ?

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur

1. Reconnaître les signes

Reconnaître les signes du syndrome de l’imposteur est la première étape pour le surmonter. Vous pourriez souffrir du syndrome de l’imposteur si :

  • Vous avez du mal à accepter les éloges
  • Vous avez l’impression d’avoir eu de la chance alors que vous vous êtes bien préparé et que vous avez travaillé dur
  • Vous vous excusez alors que vous n’avez rien fait de mal
  • La peur de l’échec vous paralyse
  • Vous vous en tenez à des normes incroyablement élevées

Si votre propre succès ou les éloges que les autres vous font vous mettent mal à l’aise, réfléchissez à l’origine de ce sentiment et à ce que cela peut signifier.

2. Sachez que vous n’êtes pas seul

Lorsque vous doutez de vous-même, il est facile de penser que vous êtes la seule personne au monde dans ce cas. Ce n’est bien sûr pas vrai. Même les personnes les plus performantes, les plus puissantes et les plus accomplies ont douté d’elles-mêmes à un moment ou à un autre. 

Partager vos pensées et vos expériences avec quelqu’un d’autre vous rendra mieux équipé pour faire face au syndrome de l’imposteur. Cela peut également aider d’autres personnes dans la même situation à se sentir moins seules. De plus, cela donne aussi l’opportunité de partager des stratégies pour surmonter ce sentiment et les défis connexes que vous pourriez rencontrer.

3. Mettez votre perfectionnisme de côté

Le perfectionnisme, bien qu’utile dans certains contextes, peut être un obstacle majeur à la productivité. Il s’avère que cela peut également être un obstacle important pour surmonter le syndrome de l’imposteur. Non seulement personne ne peut tout faire parfaitement, mais se tenir à cette norme peut en fait être super contre-productif.

Lorsque vous vous sentez comme un imposteur, c’est généralement parce que vous vous comparez à un résultat parfait qui est soit impossible, soit irréaliste. À un moment donné, vous devez prendre du recul et vous demander : quand est-ce que mon action est suffisante ?

4. Soyez compatissant envers vous-même

Le syndrome de l’imposteur se manifeste souvent par une petite voix dans la tête, nous réprimandant avec des pensées négatives comme « tu n’es pas assez intelligent ». Le discours intérieur négatif est une mauvaise habitude et peut fortement influencer notre niveau de stress et d’anxiété.

« Être compatissant envers soi-même » signifie simplement changer la façon dont vous vous parlez en pratiquant un discours intérieur positif. Non seulement cela peut vous aider à devenir moins stressé et moins anxieux, mais cela peut également vous aider à avoir le courage de faire des choses qui vous apporteront de plus grandes récompenses.

5. Suivez et mesurez vos réussites

Lorsque vous vous sentez incompétent, l’une des choses les plus difficiles à saisir est le rôle que vous jouez dans vos propres succès. Vous pourriez leur attribuer la chance ou le travail acharné des autres, alors qu’en fait, votre propre travail et vos connaissances y sont pour beaucoup.

Pour vous aider à réaliser que vous vous débrouillez bien, gardez une trace de vos succès dans un journal personnel. Il existe de nombreuses façons de suivre ces succès, et les mesures que vous utiliserez dépendront entièrement de votre objectif.

6. Embrassez les nouvelles opportunités

Il est impossible de dire « oui » à tout, surtout lorsque vous êtes stressé. Mais il est trop courant pour les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur de refuser des opportunités parce qu’elles n’ont pas l’impression d’être à la hauteur.

Lorsqu’une nouvelle opportunité se présente, il est important de faire la distinction entre la voix dans votre tête qui dit que vous ne pouvez pas le faire parce que vous n’en valez pas la peine et celle qui dit que vous ne pouvez pas le faire parce que vous en avez trop sur votre assiette. Le premier cas est votre syndrome d’imposteur qui parle.

Cet article peut vous intéresser : Que faire au quotidien pour lutter contre la dépression ?

Conclusion

Il est important de se rappeler que l’échec ne fait pas de vous un imposteur. Même les meilleurs athlètes font des erreurs, les meilleurs avocats perdent des procès et les plus grands comiques font des bides. Échouer, perdre et se tromper à l’occasion font tous partie des événements de la vie qui forgent notre expérience.

Le succès n’exige pas la perfection. La vraie perfection est pratiquement impossible. Donc, ne pas l’atteindre ne fait pas de vous un imposteur. Faire part de gentillesse et de compassion pour soi-même au lieu du jugement et du doute de soi peut vous aider à maintenir une perspective réaliste et vous motiver à poursuivre votre développement personnel.

C’est quoi, le syndrome de l’imposteur ? Et comment s’en libérer ?

Pin It on Pinterest