Les huiles essentielles existent depuis des siècles, mais un nouvel intérêt balaie le marché. Vous avez peut-être déjà acheté un flacon dans un magasin ou participé à une soirée consacrée aux huiles essentielles chez un ami.

Bien que de nombreuses allégations de bienfaits ne soient pas étayées par la Food and Drug Administration (FDA), les entreprises et les personnes qui utilisent les huiles essentielles affirment qu’elles aident à traiter plusieurs affections, notamment la dépression et l’anxiété, les maux de tête, la congestion, le déséquilibre hormonal, les boutons de fièvre, l’hypertension artérielle, etc.

Certaines huiles servent notre confort
Certaines huiles servent notre confort

Que sont les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles sont des remèdes à base de plantes très concentrés, dérivés de plantes. Par exemple, l’huile de lavande, d’eucalyptus, de menthe poivrée, d’orange et d’arbre à thé. Beaucoup de ces huiles et d’autres sont conditionnées dans des mélanges ou vendues comme huiles individuelles pour l’aromathérapie.

Les huiles peuvent être diffusées dans l’air, massées sur la peau ou ingérées dans une capsule. Les diffuseurs quant à eux sont des appareils qui vont permettre la diffusion d’huile essentielle, il existe deux principaux types, les diffuseurs d’huile essentielle par nébulisation et les diffuseurs d’huiles essentielles ultrasoniques.

Existe-t-il des preuves que les huiles essentielles aident l’asthme ?

Bien que des particuliers et des entreprises (dans certaines limites) affirment que les huiles essentielles peuvent aider diverses affections, il n’existe aucune preuve que les huiles essentielles peuvent aider l’asthme. En réalité, l’inhalation des particules libérées par les huiles, ou de tout parfum fort (naturel ou non), peut déclencher une bronchoconstriction (c’est-à-dire des symptômes d’asthme).

Les huiles essentielles sont très concentrées et émettent de fortes odeurs dues aux composés organiques volatils (COV), notamment les terpènes, le toluène et le benzène, lorsqu’elles sont diffusées dans l’air. Les terpènes sont associés à une augmentation de l’essoufflement, surtout le soir (essoufflement nocturne), de l’hyperréactivité bronchique et de la variabilité du débit expiratoire de pointe chez les patients asthmatiques ou non.

Il existe des allégations anecdotiques de problèmes respiratoires chez des personnes asthmatiques ou non, dus à des irritants en suspension dans l’air provenant de diverses huiles essentielles diffusées. Il est intéressant de diffuser les huiles essentielles avec des diffuseurs d’huile essentielle par nébulisation comme ceux de chez AromaLife : https://diffuseurs-huiles-essentielles.fr/collections/diffuseur-huile-essentielle-nebulisation

Les COV contenus dans les huiles diffusées peuvent affecter la qualité de l’air intérieur et avoir un effet polluant similaire à celui des désodorisants, des bougies parfumées et de l’encens. Une mauvaise qualité de l’air intérieur peut aggraver les symptômes respiratoires existants des allergies, de l’asthme et d’autres maladies respiratoires.

En outre, certaines huiles essentielles sont dangereuses à inhaler ou peuvent irriter la peau. Leur utilisation sur de jeunes enfants peut provoquer une irritation grave ou être toxique en cas d’ingestion.

Les bienfaits des huiles sont parfois plus empiriques que théorique
Les bienfaits des huiles sont parfois plus empiriques que théorique

Les traitements alternatifs sont-ils sûrs ?

Les huiles essentielles ne sont pas réglementées de la même manière que les médicaments sur ordonnance pour l’asthme. Les traitements de médecine alternative ne font pas l’objet d’un examen scientifique et peuvent ne pas être sûrs.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de preuves scientifiques qui soutiennent que les huiles essentielles aident les personnes asthmatiques. En fait, les huiles diffusées peuvent être plus nocives pour les personnes qui souffrent d’asthme. La FDA a envoyé des lettres d’avertissement à des sociétés d’huiles essentielles qui font des déclarations non fondées sur leurs utilisations.

Parlez-en à votre médecin avant de substituer une médecine alternative à un médicament contre l’asthme prescrit par votre médecin. Bien que les huiles soient considérées comme « naturelles », elles libèrent des COV qui ont été associés à une augmentation des symptômes de l’asthme.

Avant de substituer des huiles essentielles à des médicaments, consultez un médecin qualifié. Si vous souffrez d’asthme, obtenez des réponses claires auprès des spécialistes. AromaLife ne sera pas assez qualifié pour répondre à vos questions.

Pin It on Pinterest