fbpx

Fabriquer une ruche pour abeilles n’est pas réservé aux professionnels de l’apiculture. Vous aussi pouvez devenir apiculteur amateur en aidant les abeilles dans la pollinisation de leur environnement immédiat. La disparition des abeilles est un fléau qui doit être combattu pour soutenir une biodiversité des espèces viable.

Si vous vous demandez comment faire du miel tout en prenant soin de l’environnement et des animaux, la première étape est de fabriquer une ruche ou d’acheter une ruche pour abeilles. Voici le mode d’emploi.

Pourquoi les abeilles sont indispensables ?

Les abeilles sont des insectes pollinisateurs, c’est à dire qu’elles acheminent le pollen (qui est le composant mâle des fleurs) sur le pistil d’autres fleurs femelles, ce qui autorise la reproduction des variétés végétales. Le travail qu’elles effectuent est incommensurable à l’échelle de la planète et malgré notre technologie, nous sommes très loin de pouvoir les remplacer.

La biodiversité des espèces défendue par les abeilles

Biodiversité est la contraction de deux mots : biologie et diversité, qui déterminent l’ensemble des structures vivantes. La biodiversité est un repère primordial pour l’environnement car il est indispensable que la nature soit constituée d’innombrables espèces. 

L’interdépendance entre les espèces amène de la fragilité pour chacune d’elle mais c’est grâce à cela que le monde a évolué pour en venir à voir se tenir debout l’Homo Sapiens. Que mangerions-nous sans les animaux et les végétaux ? Comment nous habillerions-nous ? Comment nous soignerions-nous ? Si la biodiversité est en danger, nous sommes en danger.

juge qu’un espace naturel est bien conservé lorsqu’il possède une biodiversité des espèces conséquente, c’est à dire quand il est riche en organismes vivants. Parmi les formidables découvertes de la nature pour avantager la biodiversité, il y en a une extrêmement pertinente et emblématique à la fois : l’abeille.

Les abeilles ont un rôle capital dans la conservation de la biodiversité. 80 % des variétés végétales ont la nécessité d’être pollinisées par les insectes pour leur prolifération et parmi elles 80% le sont par les abeilles.

L’agriculture est encore (très) dépendante des abeilles

La pollinisation des abeilles est indispensable à l’agriculture : la plupart des cultures fruitières, légumières, oléagineuses et protéagineuses, mais aussi de fruits à coques, d’épices, du café et du cacao sont favorisées par l’activité pollinisatrice des insectes.

L’extinction des abeilles et de tous les autres insectes pollinisateurs aurait des conséquences dramatiques sur l’agriculture mondiale : il réduirait l’exploitation agricole et ferait monter les prix de l’alimentation, c’est accablant pour la crise alimentaire mondiale qui frappe en ce moment. Les impacts par rapport à la conservation de la biodiversité seraient encore désastreux.

D’après une analyse de l’INRA et du CNRS, 35% du rendement mondial d’alimentation est immédiatement attribué aux pollinisateurs. La qualité du secteur de la pollinisation des insectes a été évaluée à 153 milliards d’euros, soit 9,5% du cours de la production agricole mondiale. Les conclusions démontrent que les égalités alimentaires sur le plan mondial seraient sérieusement transformées en cas d’extinction des abeilles.

Les abeilles peuvent éviter les intrants chimiques sur nos cultures

Une étude de 2 agro-écologues du CNRS et de l’INRA a conclu que les insectes pollinisateurs étaient plus rentables que les produits phytosanitaires sur les cultures de colza.

Il est donc tout à fait possible, même profitable, d’éviter les produits chimiques sur les aliments que nous mangeons et autour des habitations rurales.

Des colonies d’abeilles aux abords de ces magnifiques champs de colza d’un jaune resplendissant au printemps pourraient nous aider à protéger l’environnement en même temps que notre santé.

Et si la disparition des abeilles était (déjà) une réalité ?

Si les abeilles disparaissent, il est possible que l’action boule de neige de leur extinction sur d’autres espèces, végétales et animales, mette en danger la conservation et la survie de l’espèce humaine. “Si l’abeille devait disparaître de la surface du globe, il ne resterait à l’humain que quatre années à vivre”, aurait prononcé Albert Einstein.

L’extinction des abeilles fait rage depuis quelques années, partout dans le monde : 29% des colonies d’abeilles seraient anéanties en France. Beaucoup d’éléments contribuent à cette surmortalité : les pesticides employés dans l’agriculture intensive sont réprimandés, particulièrement le Cruiser, la Gaucho, et le Régent. Le Cruiser est pour autant toléré en France depuis 2009.

Des espèces invasives, principalement des colonies de frelons asiatiques, ont aussi d’énormes conséquences pour l’apiculture française. Cette variété mange des abeilles, les agresse en plein vol où demeurent à l’entrée des ruches, forçant les habitants à rester sans manger. La pondaison et la confection du miel sont aussitôt arrêtées, ce qui indique la mort instantanée de la ruche.

Un tueur en série nommé Nosema Ceranae serait aussi coupable de l’extinction des abeilles, ainsi que le varroa. La pollution des écosystèmes, la disparition des variétés végétales, la réduction de la taille des maisons, les produits utilisés pour les cultures des organismes génétiquement modifiés (OGM) et le réchauffement climatique semblent aussi apporter la ruine des abeilles.

Il est donc grand temps d’agir pour améliorer la vie des abeilles et ainsi sauver la nôtre.

La situation des abeilles dans le monde, par Brut

Comment fabriquer une ruche pour abeilles ?

Nous avons vu que l’omniprésence de l’abeille est nécessaire pour sauvegarder une biodiversité acceptable. En effet, la pollinisation permet la propagation de la végétation qui se répercute aussi sur la faune. Elle enrichit ainsi tout un écosystème local qui se fera rapidement plus riche et plus varié.

Les abeilles affectionnent tout particulièrement nos espaces verts, à condition d’y trouver une habitation seyante pour y mettre leurs larves. Voyons ensemble comment devenir un apiculteur amateur.

La réglementation pour installer une ruche 

L’apiculture est régie par certaines conventions. Pour implanter un rucher, les apiculteurs doivent respecter toutes ces consignes sous peine de poursuites judiciaires :

  • demander une autorisation auprès de la mairie, 
  • s’assurer que l’endroit choisi pour placer les ruches ne gêne pas les voisins,
  • effectuer une déclaration annuelle auprès de la mairie selon les prescriptions de la loi du 3 août 2009,
  • respecter les distances indiquées dans la réglementation en vigueur :
    • à minimum cinq mètres des propriétés des voisins,
    • à minimum dix mètres des voies publiques,
    • à minimum cent mètres des centres hospitaliers et des écoles.

Peut-on adopter une petite ruche de jardin ou en ville ?

Vous pouvez tout à fait installer une ruche sur votre balcon ou dans votre jardin, à condition de satisfaire la législation en vigueur. Il faut notamment suivre les mesures obligatoires établies par la préfecture ou la mairie, particulièrement en termes de kilomètres de sécurité en conformité avec les maisons ou avec la voie publique.

Vous devez également attester de votre ruche auprès de la direction des services vétérinaires de votre région, qui vous donnera un numéro d’apiculteur. Vous êtes tenu de prendre une assurance à responsabilité civile.

Vous pourrez ainsi récolter votre miel qui a toutes les chances d’être délicieux car les abeilles butinent des fleurs en abondance, au contraire de la monoculture des campagnes.

Quel type de ruche fabriquer et pourquoi ? 

Peu importe le type de ruche que vous fabriquerez, l’omniprésence d’un lac, d’une mare ou d’une quelconque source d’eau à côté de la ruche est indispensable, surtout en période estivale. Vous pouvez le cas échéant installer un plan d’eau artificiel. Pensez également à placer des pierres ou des bouchons de liège qui empêcheront vos abeilles de se noyer.

Sachez qu’il existe plusieurs types de ruches et qu’elles ont chacune leurs spécificités. Certaines se construisent plus facilement, alors que d’autres seront plus pratiques à acheter. Si vous commencez à vous intéresser à l’apiculture, vous avez dû vous rendre compte qu’il existe une multitude de possibilités : ruche traditionnelleruche automatique, ruche Dadant, ruche Warré, ruche naturelle… Pour les plus bricoleurs, voici quelques idées pour fabriquer une ruche vous-même.

Fabriquer une ruche naturelle

Les ruches traditionnelles sont particulièrement intéressantes pour offrir aux abeilles des conditions de vie proches de leur milieu naturel. Parmi les ruches traditionnelles, vous retrouverez notamment la ruche en paille, la ruche alsacienne et la ruche tronc.

Pour la ruche en paille, la fabrication est plutôt simple :

  • Faites une base incurvée pour prévenir l’humidité,
  • Munissez-vous d’environ 20 baguettes en noisetier et fixez-les sur un cerceau en hêtre,
  • Attachez les extrémités avec un bâton pour former une poignée,
  • Formez des tresses avec les baguettes jusqu’à l’obtention d’une structure en osier,
  • Enfin, enduisez la structure avec du pourget (un mélange de cendre, de bouse, et d’argile).

Pour le support de la ruche, vous pouvez utiliser de la pierre, du bois, ou de la terre. Mais n’oubliez pas que ce type de ruche craint la pluie.

Fabriquer une ruche tronc

La ruche dans un tronc d’arbre est celle qui ressemble le plus à l’habitat naturel des abeilles. Il vous faudra peu de matériaux, mais beaucoup d’outillage : tronçonneuse, perceuse filaire, tarière, gouge ancienne, massette, maillet, scie à bois…

Le plus difficile, c’est de trouver des troncs de châtaignier d’une même taille : 65 cm pour la hauteur, et 50 cm pour le diamètre.

Ensuite, voici les différentes étapes à suivre :

  • Creusez le tronc en étoile,
  • Faites une paroi circulaire de 10 cm d’épaisseur,
  • Creusez ensuite le tronc à la gouge, puis au ciseau à bois,
  • Fabriquez une fermeture à l’aide d’une planche en bois (châtaignier),
  • Percez pour faire les trous d’envol,
  • Posez au milieu du tronc un croisillon pour la portée des cires,
  • Déposez le cerclage,
  • Pour finir, disposez des pierres plates sur le fond et le chapeau.

Fabriquer une ruche en palette

Avoir une ruche tout en faisant de la récupération, c’est possible. En plus, c’est à la portée de tous et de l’outillage basique suffit. Avec des palettes, vous obtiendrez une ruche horizontale : elle diffère d’une ruche traditionnelle puisqu’il n’y a pas de cadre, ni de dimensions précises. De plus, vous n’aurez pas besoin d’un extracteur pour récolter le miel.

Pour fabriquer une ruche, il vous faudra seulement cinq palettes non traitées. Vous pouvez en trouver facilement sur des chantiers ou auprès des artisans.

Voici les principales étapes pour construire une ruche :

  • Préparez d’abord les façades (dont l’une va comporter une ouverture),
  • Collez la façade,
  • Découpez l’ouverture pour ajouter ensuite le plexiglas,
  • Préparez les pignons pour les parties latérales de la toiture,
  • Construisez la toiture,
  • Fixez les cornières pour la finition des pignons,
  • Montez le corps de la ruche en assemblant les façades et les pignons,
  • Assemblez les barrettes qui viendront former le dessus de la ruche,
  • Découpez les pieds de la ruche dans des chevrons pour plus de stabilité,
  • Peignez votre ruche et recouvrez enfin l’ensemble avec de l’huile de lin.

Votre ruche est prête pour accueillir votre essaim d’abeilles ! Pour plus de précisions, n’hésitez pas à consulter les plans et les explications détaillées en image.

Les plans pour fabriquer une ruche Warré

Ce type de ruche s’adresse aussi bien aux amateurs qu’aux apiculteurs plus avertis. Aussi connue sous le nom de « ruche écologique », elle permet aux abeilles de vivre dans de meilleures conditions. C’est leur bien-être qui est mis en avant, et non la productivité. Les avantages sont nombreux avec la ruche Warré : le miel sera de bien meilleure qualité, les réserves de propolis sont plus importantes et les ruchettes ne sont pas nécessaires.

Pour des ruches à barrettes, d’un format carré d’environ 30 x 30, sans cadre, il vous faudra :

  • Les éléments préfabriqués chez un menuisier ou du bois brut,
  • 8 cadres ou barrettes,
  • Une toile à propolis,
  • Un bois d’une épaisseur de 2 cm,
  • Du plexiglas,
  • Des vis et de la colle à bois.

Voici tous les plans de construction de la Ruche Warré pour vous accompagner à chaque étape.

Acheter une ruche Dadant ou une ruche d’occasion

Si vous avez peur de ne pas vous en sortir avec la fabrication de votre ruche, vous pouvez toujours en acheter une ! De nombreux modèles sont disponibles à l’achat, mais privilégiez toujours la fabrication française. Par exemple, optez pour une ruche Dadant, l’un des modèles les plus utilisés : elle est simple, solide, et la récolte du miel est pratique.

Sinon, vous pouvez aussi vous procurer une ruche d’occasion auprès d’un apiculteur professionnel. Il pourra en plus répondre à toutes les questions que vous vous posez. Certains apiculteurs proposent même une ruche déjà peuplée.

Dans tous les cas, n’oubliez pas de demander pour quelle raison il vend sa ruche. Restez prudent, notamment suite à une maladie de la colonie ou à une baisse de productivité de la ruche.

Vous trouverez ces annonces sur des sites spécialisés, comme l’Abeille de France, un journal mensuel apicole qui propose régulièrement des annonces. Sinon, vous avez aussi le site Apiservices qui regroupe de nombreuses offres.

Dernière solution : Acheter du miel Made in France

Peut-être qu’à la lecture de cet article vous vous êtes rendu compte que vous ne réunissez pas les conditions nécessaires à la fabrication et à l’entretien d’une ruche pour abeilles. Dans ce cas, il vous reste une solution pour sauver les abeilles : achetez du miel ! Par exemple le miel Made in France de chez Bleu Blanc Ruche, vous développerez l’écosystème français et vous prendrez soin des autres en maintenant voire en créant des emplois en France.

Si vous voulez créer des emplois en France grâce à vos achats : Téléchargez le Top 100 des boutiques en ligne Made in France

Les bienfaits du miel pour la santé

Les bienfaits du miel sont de notoriété publique. Donc en plus de prendre soin de l’environnement et des animaux, vous avez la possibilité de prendre soin de votre corps.

Petites astuces :

  • Pendant l’hiver en prévention ou en cas de rhume, prenez régulièrement une cuillère à soupe de miel de thym, d’eucalyptus ou de sapin.
  • Si vous toussez ou que vous avez mal à la gorge, le miel vous apaisera certainement. Consommez-le directement à la cuillère (attention à la propagation des microbes), dans une tasse de thé ou de lait chaud.

Bien entendu, consultez votre médecin traitant au moindre doute.

Publié le 3 octobre 2019 par Sébastien

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :