Trop maigre ou trop gros ? Si nous laissions la société, la mode ou les magazines décider de notre aspect physique, nous n’aurions aucune indication réelle sur notre corps. Nous ne pouvons pas non plus nous fier uniquement à la balance puisque le poids du corps ne nous renseigne pas sur notre bien-être physique. Nous devrions plutôt l’examiner par rapport à d’autres paramètres comme l’IMC afin d’obtenir une estimation plus correcte et une réponse adéquate. Continuez votre lecture pour tout savoir de l’IMC.

Quel IMC faut-il avoir ?
L’IMC est un indicateur pratique mais qui a ses limites

Quelle est l’histoire de l’IMC ?

L’IMC a été inventé en 1832 par Adolphe Quetelet, un mathématicien et statisticien belge grâce à des études anthropométriques de la croissance humaine, basées sur l’observation du poids. L’IMC était alors connu sous le nom d’indice de Quetelet.

Cet indicateur a été relancé environ un siècle après et utilisé sous le nom d’indice de masse corporelle par le physiologiste Ancel Keys dans les études sur l’obésité. Aujourd’hui, l’IMC est un indicateur de la densité corporelle utile pour comprendre si nous avons un poids approprié à notre taille. C’est en somme un paramètre qui met en relation le poids d’un sujet avec sa taille.

C’est en effet une chose de peser 100 kg si vous mesurez 160 cm mais c’en est une autre si vous mesurez deux mètres. L’IMC tient donc compte de la répartition du poids sur une zone plus ou moins étendue, c’est-à-dire le corps.

Cet article peut vous intéresser : Minceur : qu’est ce que la lipocavitation ?

L’IMC est-il un critère fiable ?

Le calcul de l’IMC a certaines limites à prendre en compte et doit toujours être associé à d’autres paramètres tels que la circonférence abdominale et la composition corporelle du corps (mesure de la masse d’eau, de la masse maigre et de la masse grasse).

L’indice de masse corporelle ne tient pas compte des différences de sexe, d’âge et d’origine ethnique : il présente donc des limites importantes. Il peut avoir un certain degré de fiabilité dans les études de population mais sur le plan individuel, l’erreur arrive.

L’IMC ne fait en effet pas la distinction entre masse grasse et masse maigre. Elle ne comprend pas si le poids est lié à la graisse ou aux muscles, ce qui pourrait entraîner une mauvaise classification de certains sujets comme les athlètes ou bodybuilders.

L’indice de masse corporelle est également un indicateur du risque de maladie et de mortalité mais il doit être considéré avec d’autres paramètres pour éviter les erreurs.

Cet article peut vous intéresser : 4 bonnes raisons de recourir à l’électrostimulation

Que faire si vous n’avez pas un bon IMC ?

Comme nous le disions, l’IMC ne suffit pas à lui seul à déterminer si une personne est en bonne santé ou non mais il constitue un indicateur assez utile. L’adoption d’un mode de vie sain, d’une alimentation équilibrée, d’une pratique sportive régulière et d’un bon rythme de sommeil peut aider à atteindre et maintenir un bon état de santé et un indice de masse corporelle dans la norme.

Dans les cas plus complexes où la volonté seule ne suffit pas, il est préférable de se faire accompagner dans sa perte de poids. Pour atteindre un IMC sain, il n’y a pas de recette miracle il faut avoir un mode de vie et une alimentation équilibrés.

Pour vous aider vers ce chemin, vous pouvez faire un régime box Cheef, un programme alimentaire à base de boxs composées de repas diététiques. Cette solution constitue une excellente façon de mêler plaisir et équilibre pour une perte de poids optimale !

Pin It on Pinterest