Mise à jour : 21/08/2020

J’écrivais en 2018 un article intitulé “3 habitudes de vie indispensables pour avoir l’esprit zen”. J’ai décidé de développer un peu plus le sujet dans ce nouveau billet pour vous aider à ne jamais stresser.

Homme à l'esprit zen pratiquant le yoga

Petit rappel de la base pour avoir un esprit zen

Dans l’article évoqué en introduction, j’identifiais 3 points essentiels à ma tranquillité d’esprit personnelle. Je les résume et les complète ici parce que je les considère vraiment indispensables.

La lecture pour apprendre et s’évader

Je vais en parler plusieurs fois ici mais vivre le moment présent est fondamental pour avoir l’esprit zen. La lecture permet cela. 

Si vous n’êtes pas habitués à lire, partez sur de courts romans épiques qui vous plongeront dans l’aventure. Je vous conseille par exemple Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway. De plus, c’est un classique qui enrichira votre culture à coup sûr.

Si vous préférez les autobiographies, j’ai lu dernièrement celle de Phil Knight, le fondateur de Nike. C’est toujours incroyable d’être dans les coulisses d’une formidable épopée que celle de bâtir un empire si gigantesque.

Et on peut finir sur un livre de développement personnel, accessible mais terriblement efficace. Les quatre accords toltèques de Miguel Ruiz. Je vous en donne un seul sur les quatre pour garder un peu de suspense. C’est celui qui se prête le mieux à cet article : Ne fais pas de supposition. Je vous laisse le soin de rentrer dans les détails en lisant ce livre.

Si vous voulez d’autres idées, vous pouvez consulter le Top de mes meilleures lectures.

La méditation, l’art de vivre l’instant présent

Je parlais donc déjà de la méditation dans l’article de 2018. Je ne vais pas y revenir parce que je pense avoir dit tout ce que je voulais dire.

Par contre, je peux faire évoluer mon discours en vous parlant d’une discipline en vogue, le yoga. Et pour cause, pratiquer le yoga contribue incontestablement à conserver ou obtenir un esprit zen.

Si mes séances ne sont pas aussi régulières que je le voudrais, c’est à chaque fois un véritable plaisir. Enfin pas forcément sur le moment, parce que le corps travaille et que ça reste un exercice physique. Mais la sensation obtenue après-coup est… sensationnelle.

Ce que j’apprécie le plus dans le yoga est la combinaison gagnante suivante :

  • Étirements
  • Musculation
  • Respiration
  • Méditation
  • Concentration

Les étirements et la musculation sont bien entendu liés à l’entretien du corps. “Un esprit sain dans un corps sain”. Ayez confiance en votre corps, aimez-le, protégez-le et il vous le rendra au centuple.

Ensuite, la respiration, la méditation et la concentration sont des exercices parfaits pour vivre l’instant présent. C’est exactement ce que l’on recherche pour être serein et apaisé à court mais aussi à long terme.

Je ne vais pas vous donner des conseils sur comment pratiquer le yoga. Je suis un pur débutant et d’autres sont beaucoup mieux placés que moi pour vous en parler. Par contre, je vous laisse ici une vidéo vue des millions de fois sur YouTube pour votre première routine matinale.

Doctissimo – Yoga du matin

Savoir où l’on va c’est savoir ce que l’on doit faire

Imaginez le plus beau des bateaux en pleine mer n’ayant aucun cap, aucune direction à suivre. Il se laisserait aller à errer, sans but. Peut-être qu’un jour se réveillera-t-il mais ne sachant où aller il paniquera. Il filera à l’est, à l’ouest puis au nord, il tournera en rond pour finalement couler, épuisé.

Que voulez-vous faire de votre vie ?

Ne soyez pas ce bateau ou vous risquez vous aussi d’échouer. Vivre une vie sans objectifs définis finira par vous stresser. La crise de la quarantaine (ou à tout autre âge d’ailleurs) est une crise existentielle, qui repose sur le bilan que vous donnez à votre vie. Et si le tableau est vide, vous aurez bien du mal à le remplir au dernier moment, une fois les opportunités passés. 

L’errance n’est pas la solution. Elle ne vous apaise en rien. Votre esprit n’est pas zen, il est amorphe. Si vous n’avez envie de rien, il y a des chances que vous soyez dépressif et non un heureux épicurien. Au contraire, vous vous posez certainement beaucoup de questions, plus ou moins capitales :

  • Qu’est-ce que je vais bien faire de mon week-end ?
  • Mon métier ne me plaît pas, je reste ou je fais autre chose ?
  • Je veux perdre du poids, comment faire ?

Nous allons voir ensuite qu’éliminer les questions que l’on a en tête fait parti du processus indispensable pour avoir l’esprit zen.

La stratégie pour accomplir tous ses désirs

En attendant, comment répondre à ces questions le plus rapidement possible pour passer à autre chose ? Le secret : 

  1. Analyser
  2. Planifier
  3. Agir

Cela peut vous paraître simple mais effectuez ces étapes à chaque fois qu’une question vous trotte dans la tête. Vous verrez votre vie changer du tout au tout. Attention, l’analyse doit être complète et juste. La planification doit être pensée pour du court terme et être agile. Et surtout il faut agir vite, c’est la clé : la rapidité d’exécution.

Si chaque matin vous vous réveillez avec une journée programmée sur des tâches menant à un objectif qui vous est cher, votre esprit sera apaisé.

L’esprit zen n’a pas de question en suspens

Il y a plusieurs moments dans notre quotidien où l’on peut avoir un flux ininterrompu de questions en tête. Elles sont généralement insolvables mais occupent notre esprit bien trop souvent. Ces questions nous envahissent souvent dans la journée en elle-même mais aussi le soir avant de s’endormir.

Comment interrompre les questions qui m’empêchent de m’endormir ?

Les insomnies sont très difficiles à vivre pour ceux qui en souffrent. Les heures passées à être éveillé dans le lit ne sont par définition pas réparatrices du tout. La fatigue engendrée s’accumule, les journées sont longues, la productivité en chute libre et la morosité est au beau fixe.

Savoir reporter les problèmes

Mais la plupart du temps, le problème à régler est facile à identifier pour sortir de cette spirale infernale. En effet, si vous n’arrivez pas à vous endormir c’est parce que des questions vous trottent dans la tête.

Ces questions peuvent être légitimes à se poser, parfois non. Dans tous les cas, vous ne trouverez pas vos réponses avant de vous endormir. D’où l’insomnie, vous vous empêchez de dormir tant que vous n’aurez pas résolu votre problème.

Quand on dit que la nuit porte conseil, ce n’est pas dans le sens qu’on réfléchit mieux le soleil couché. Cela veut généralement dire qu’il est bon de ne pas prendre décision hâtivement, qu’il vaut mieux la remettre au lendemain.

Ce qui est donc primordial quand vous sentez des interrogations pointer le bout de leur nez est de les ignorer. Commencez par accepter le fait que vous ne résoudrez aucun problème ce soir. C’est l’unique réponse à apporter à ce moment précis, demain est un autre jour, là ce n’est pas le moment.

La respiration est votre amie la plus fidèle

Une fois cela acquis, concentrez-vous sur votre respiration. Elle doit être votre repère, comme le phare pour un marin dans la nuit. Revenez toujours à elle, continuellement. Concentrez-vous sur votre expiration et allongez-la. Ensuite, inspirez, idéalement par le ventre. La respiration abdominale permettra de vous apaiser très rapidement, c’est mécanique.

Pour résumer, lâchez prise sur votre questionnement et restez focus sur votre respiration. Si une pensée vous traverse l’esprit, cela arrivera certainement, balayez-la en revenant à votre souffle. Il vous suffira de quelques minutes, voire de quelques secondes pour vous endormir.

Je pratique cette technique depuis maintenant plusieurs années et je m’endors chaque soir comme un bébé.

Les questions envahissantes peuvent aussi défiler en journée

Un esprit zen, calme et apaisé ne se pose pas beaucoup de questions, tout du moins peu d’inutiles. Combien de fois par jour avez-vous des interrogations non résolues ? Je vous le demande vraiment. 

Il y a de fortes chances que ce soit LA question que vous ne vous soyez jamais posée. Je vais vous donner quelques exemples pour vous aider à les identifier :

  • Qu’est-ce qu’on pense de moi ?
  • Est-ce que ça va bien se passer ?
  • Va-t-il y a avoir une 3ᵉ guerre mondiale ?

Ces trois questions sont des exemples qui peuvent se décliner de bien des manières.

Obtenez une réponse ou laissez tomber

C’est dans cette catégorie qu’il y a le plus de questions dont on ne veut pas connaître la réponse. Mais c’est aussi dans celle-là qu’il y a le plus de questions concernant la pensée de notre entourage. Surtout leurs sentiments vis-à-vis de nous.

Alors on va essayer de ne pas tergiverser. Quand vous ruminez une telle question, posez-là ou passez à autre chose. 

Est-ce que tu m’en veux ? Oui, dans ce cas on peut en parler, éventuellement s’excuser et apprendre de ses erreurs. Non, à ce moment-là on passe à autre chose. Mais surtout on ne ne se demande pas pendant des jours entiers si la personne nous en veut. Soit on pose la question, soit on se comporte bien pour ne rien avoir à se rapprocher à partir de maintenant.

Est-ce que tu m’as déjà trompé ? Voulez-vous vraiment le savoir ? C’est très intime, chacun réagit à sa manière et c’est souvent très instinctif. Quoi qu’il en soit, cette question doit d’une façon ou d’une autre vous sortir de la tête. Alors si vous n’avez pas les moyens, ou l’envie, d’en avoir le cœur net, allez de l’avant. Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais avoir un esprit zen peut parfois s’avérer difficile à obtenir. Ce qui est sûr, c’est que vous ne serez pas tranquille tant que vous vous posez cette question au quotidien. D’une manière ou d’une autre, qui vous est propre, il vous faut l’évacuer.

Si vous avez d’autres exemples à ranger dans cette catégorie, n’hésitez pas à me les donner dans les commentaires.

L’esprit zen ne se demande pas si ça va bien se passer

Est-ce que vous appréhendez une prise de parole en public ? Un entretien d’embauche ? En fait, n’importe quelle situation qui se passe dans un futur plus ou moins lointain ? C’est parce que vous anticipez le pire et que vous n’y êtes pas préparé.

Votre ami tellement gentil qu’il en est méchant

Votre cerveau est votre ami, il anticipe pour vous tous les dangers. Chaque situation nouvelle est pour lui une source probable d’erreurs. De potentielles fautes qui dans un lointain passé pouvaient être synonymes de mort. C’est inutile de lutter, ceci est le fruit de millions d’années d’évolution. Par contre, on peut comprendre le mécanisme et s’en servir.

Déjà, pour économiser de l’énergie, votre cerveau raccourcit considérablement les explications qu’il vous donne. Il ne vous rend pas un rapport précis avec l’intégralité des possibilités néfastes qui pourraient vous arriver. Il utilise plutôt les sensations pour vous empêcher de vous confronter au danger qu’il perçoit. Il installe à cet effet beaucoup de confusion dans votre esprit, ce qui vous prive d’une réflexion rationnelle. En d’autres termes, il vous stresse.

Ensuite, sachez que votre raison privilégiera toujours la fuite plutôt que l’affrontement. Il faut donc lutter contre soi-même pour se confronter à toute situation qui sort de notre zone de confort. Et c’est essentiel de sortir de notre petit confort, aucune progression n’est possible sans ça.

La peur n’évite pas le danger

L’explication étant donnée, on peut passer à la solution. Elle est simple à comprendre : Si vous anticipez, préparez-vous. Sinon, n’anticipez pas, adaptez-vous au moment présent.

Si vous appréhendez un évènement, il faut vous y préparer. Cela veut dire que vous anticipez, certes, mais pour apporter une solution à chaque éventualité. Si une question particulière ne peut être résolue, oubliez-la. Vraiment. Elle revient en tête constamment ? Méprisez-la, moquez vous d’elle et passez à autre chose le plus rapidement possible. À chaque fois que nécessaire.

Pour finir sur ce point, auriez-vous pensé anticiper chaque problème que vous avez rencontré et que vous avez résolu immédiatement ? Nous parlions d’évolution tout à l’heure, si vous êtes là c’est que vos ancêtres ont su s’adapter. Vous avez acquis et vous développez encore jour après jour cette aptitude. Ne la négligez pas. Quand une situation se présente à vous, quelle qu’elle soit, gardez l’esprit zen, serein, concentré et adaptez-vous.

Un esprit zen laisse de côté ce qu’il ne maîtrise pas

J’ai lu un livre il y a quelques années qui a changé ma vie sous plusieurs aspects. Il s’agit de “Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent” de Stephen Covey. J’en ai fait le résumé dans cet article pour ceux que ça intéresse.

Outre le titre un peu pompeux, les enseignements qu’il apporte sont très précieux. Notamment la notion de cercle d’influence. Pour faire court, l’idée est de se détacher de tout ce que l’on ne peut pas changer nous-même. 

Pensez-vous vraiment pouvoir déclencher une 3ᵉ guerre mondiale ?

L’exemple le plus parlant est celui des informations, des actualités. La plupart de ce que vous entendrez à la télévision cette semaine ne vous sera d’aucune utilité. 

Combien de fois avez-vous entendu parler du problème israélo-palestinien au cours de votre vie ? Et qu’avez-vous pu y faire ? Même les présidents américains successifs n’ont rien pu y changer. La crise des subprimes de 2007. Combien d’heures de vie ont été passées à écouter l’avis d’experts sur la macro-économie et les risques encourus ? Si tout ce temps avait été passé à s’occuper de notre cercle d’influence, la crise aurait été plus courte.

Peut-être mais commencez petit

Car à s’occuper humblement de nos petites affaires, nous pouvons tout de même faire des choses très grandes. Le livre prend l’exemple de Gandhi. Jamais ce petit monsieur n’a un jour pensé se mesurer à ses envahisseurs britanniques directement. Mais à force de convaincre chaque personne autour de lui jour après jour, son cercle d’influence s’agrandit. Il finira par renverser l’Empire le plus puissant de la planète, sans arme.

Gandhi, un homme à l'esprit zen

Alors bien sûr, il faut s’informer, car la connaissance est la base d’une réflexion intelligente. Cela vous permettra également de choisir vos combats. Ainsi, si grâce aux médias vous estimez que lutter contre le changement climatique est important, agissez. Devenez vous-même exemplaire, cela fera certainement des émules autour de vous et des opportunités s’ouvriront. Votre cercle d’influence s’agrandira et le monde changera dans le sens que vous aurez décidé. Cela vaut bien mieux que de passer toutes ces heures à entendre rabâcher toujours les mêmes choses à la radio.

Un esprit zen est donc attentif à ne pas être envahi d’informations inutiles, anxiogènes ou nuisibles. Ni à se poser des questions qui ne le concerne pas et qui sont par ailleurs insolvables à son échelle.

Avoir l’esprit zen n’est pas naturel

Visualisez la personne la plus calme de votre entourage. Bon, ce n’est peut-être pas le meilleur exemple car il existe des personnes très calmes de nature. Elles ont le sang froid, ne se sont jamais énervées et leurs émotions voguent sur un long fleuve tranquille.

Mais ce sont des exceptions. La plupart d’entre nous avons des colères, tout du moins des énervements ou à minima des contrariétés. Nous avons des peurs, physiques, psychologiques, fondées ou non. Nous ressentons du stress, plus ou moins fort selon les périodes de nos vies et les évènements que nous subissons. Bref, notre esprit est plutôt une mer en pleine tempête, plus que nous l’imaginons consciemment.

Il existe une dernière technique identifiée que j’utilise pour avoir un esprit zen. Je voudrais vous en parler pour conclure.

Constater les émotions que l’on éprouve et mettre des mots dessus

Je laisse régulièrement mon esprit divaguer. Je ne subis aucune influence comme la télévision ou la musique, je suis dans le calme absolu.

Enfin en apparence. Car si le silence est roi dans la pièce où je me trouve, le vacarme est assourdissant dans mon esprit. Je pense, je pense et je n’arrête pas de penser. Je ne vais même pas prendre exemple de sujets tellement ils sont variés, confus… et personnels.

Nous avons conscience de ce que l’on peut nommer

Par contre, je peux vous dire comment j’arrive à contrôler ce flux incessant de pensées. Maîtriser pourrais-je dire aussi, je ne peux pas les arrêter bien sûr.

Pour cela, je mets des mots sur toutes les émotions qui vont sur les thèmes pseudo-rationnels que j’ai en tête. Car oui, j’ai la conviction que le message principal que notre cerveau veut nous envoyer est sous forme de sentiment. L’histoire que nous nous racontons n’est qu’une construction que nous utilisons pour rationaliser. 

En fait, presque à chaque fois que mes propres pensées m’empêchent d’avoir un esprit zen, elles tournent autour de cela :

  • Orgueil
  • Avarice
  • Envie
  • Colère
  • Luxure
  • Paresse
  • Gourmandise

Cette liste vous fait penser à quelque chose ? C’est en effet la liste des 7 péchés capitaux

Croyant ou non, là n’est pas la question, ces émotions sont présentes en nous et il faut bien faire avec. Alors je ne dis pas que c’est un drame de les ressentir, ni qu’il faut s’autoflageller. Tout ce que je fais est de les identifier… et cela m’apaise.

Exemple de situation

Par exemple, si je suis en colère contre une amie très mignonne parce qu’elle a pris dans mon assiette ma dernière saucisse et que je n’ai ni l’énergie ni l’envie d’en acheter une autre à la boucherie. Et bien j’analyse la situation et je me rends compte que je suis en train de subir l’intégralité des péchés capitaux. Je reprends mon souffle, je me calme, et tout va bien.

Blague à part. Analysez méthodiquement vos pensées quand elles commencent à prendre trop de place. Vous pourrez aussi détecter de la jalousie par exemple, ou de la peur. Toutes ces réflexions négatives vous empêchent d’avoir un esprit zen. Alors repérez-les, identifiez-les, nommez-les et vous les verrez disparaître rapidement derrière. 

De plus, plus vous travaillerez cet exercice et plus il sera efficace rapidement. Dès l’instant où une idée malsaine vous traversera l’esprit, vous l’évacuerez.

Comment faites-vous pour avoir un esprit zen ?

J’imagine que ce n’est pas le dernier article que j’écris sur ce sujet tellement il est vaste. Je pense avoir un esprit plutôt zen personnellement, pas toujours mais la plupart du temps. Je vais continuer à tenter d’identifier quelques astuces que je pourrais avoir développées naturellement ou consciemment.

Mais j’aimerais aussi connaître votre avis sur le sujet. Je suis sûr que vous avez plein de techniques qui permettent de vous canaliser. Discutons dans les commentaires, ou si vous préférez envoyez-moi un message à partir de la page contact.

Je vous souhaite en attendant beaucoup de sérénité et de tranquillité d’esprit.

Mettez 5 étoiles à ce contenu s'il vous a plu !
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Pin It on Pinterest

Share This